[Dur] Carnage à l'orphelinat

Porteurs d'une proposition de votre ordre ou d'une invitation à un évènement, vous êtes les bienvenus dans nos salons.​
Répondre
Avatar du membre
Vlazen
Chevalier
Messages : 34
Enregistré le : jeu. 19 mars, 2015 11:12 pm

[Dur] Carnage à l'orphelinat

Message par Vlazen »

L’état du messager Hurleventin qui se présenta à la porte du Beffroi à la nuit tombée trahissait la hâte à laquelle il était venu. Avec un ton inquiet, pour ne pas dire hostile, il annonça à la garde qu’il apportait une missive destinée à l’Ambassadeur, de la part de la Garde de Hurlevent. Il accepta tout juste l’hospitalité pour la nuit et repartit le lendemain avant l’aube sans demander son reste.

La lettre parvint donc au petit matin à l’Ambassadeur, cachetée avec le sceau de la Garde de Hurlevent. Elle lui était directement adressée.
Monsieur l’Ambassadeur,

C’est avec regret que je me vois dans l’obligation de vous inviter à Hurlevent pour répondre à quelque questions suite au drame qui a récemment endeuillé l’Orphelinat du quartier de la Cathédrale de la Lumière dans la foulée des terribles évènements qui ont suivi le retour du Dieu des Abysses, maudit soit son nom.

Votre générosité à l’égard de l’établissement dirigé par les honorables John et Stéphanie Turner a fait de vous l’un des bienfaiteurs de notre bonne ville et a contribué à donner une excellente image de votre ordre aux yeux de la Couronne. C’est pour ces raisons que cette invitation n’est pas une convocation. Je suis persuadé qu’il s’agit là d’un malentendu et que vous nous aiderez à faire la lumière sur ce qui a pu conduire au massacre révoltant d’une partie des jeunes pensionnaires de l’établissement et de certains des employés.

Après enquête par l’Officier Brady, il se trouve que toutes les victimes sans exception dormaient avec de la literie fournie gracieusement par l’Ost Pourpre ces derniers mois. Nous ne sommes pas parvenus à comprendre les causes des décès et comment les relier à ces articles, mais nous ne souhaitons négliger aucune piste.

Je compte sur votre collaboration pleine et entière. Je ne souhaite pas faire remonter cet incident à la Garde Royale ou au SI-7, qui ont des problèmes autrement plus importants à régler.

En espérant vous accueillir bientôt à la caserne de Hurlevent, veuillez, Monsieur l’Ambassadeur, agréer l’expression de mes sentiments les plus distingués.

Capitaine Anton
RANDOM PU

Avatar du membre
Durandill
Ambassadeur
Messages : 56
Enregistré le : mer. 02 juil., 2008 10:33 am
Localisation : Le Nid-de-l'Aigle
Contact :

Re: [Dur] Carnage à l'orphelinat

Message par Durandill »

Durandill relut la lettre plusieurs fois. Le beffroi se remettait à peine de l'attaque des compagnons très utiles de Vlazen qu'une nouvelle agression prenait l'Ost en traître. Et cette fois, il en était la cause. C'était son idée d'offrir la prodigieuse production d'articles de literie de l'elfe aux plus nécessiteux de la capitale, afin de contrer les incessantes piques de la maison des nobles à l'écart de ces "nordistes pas si pressés de libérer le nord" comme certains aimaient à le répéter. Et ce qui avait été vécu au beffroi l'avait semblait-il aussi été à Hurlevent.

La lettre ne pouvait rester sans réponse. Feindre l'ignorance n'était pas une option, quelqu'un au beffroi finirait par parler de ce qu'avait subit l'Ost. Heureusement, les raisons profondes de cette attaque n'était partagée que par les membres de l'ordre. Cependant, quelle devait être la marche à suivre ? L'ambassadeur manquait de renseignement. Ses espions dans la capitale humaine recevraient bientôt leurs ordres : enquêter discrètement sur ce qui s'était passé. Leur rapport mensuel devait arriver sous peu, il était même probable qu'il mentionne ce fait avant même que leur nouvelle mission ne leur parvienne.

"Notre blason ne sera pas resté doré bien longtemps..." songea-t-il, amer.

Il devait toutefois confirmer avec Vlazen, ou plutôt Choupinélune, que les duvets et autres coussins fournis à l'orphelinat avaient bien pu être aussi infectés par les insectes. Tandis qu'il rédigeait une lettre de convocation pour l'alter ego lunaire du druide, il frissonnait en pensant à ce qu'avaient dû subir ces malheureux enfants.

Répondre