Une affaire de choix

Le Beffroi du Nord est un îlot d'humanité dans une région encore largement soumise aux résidus du Fléau. Aventures et périls guettent ceux qui les traversent.​
Répondre
Avatar du membre
La Vigie
Narrateur
Messages : 97
Enregistré le : mar. 02 oct., 2007 7:54 pm

Une affaire de choix

Message par La Vigie »

Ce fut d’abord une rumeur, comme un bruissement au loin. Puis, la rumeur se matérialisa sous la forme d’un nuage de poussière. Ce n’était pas si inhabituel, dans la région : tout déplacement sur les routes en mauvais état des Maleterres provoquait l’envol de la fine couche de saleté qui recouvrait le sol depuis que la corruption s’était abattue sur ce qui avait été un royaume riche et rayonnant. Et, en l’occurrence, ce déplacement ne concernait pas qu’une seule personne : c’était toute une troupe qui progressait à destination du Beffroi du Nord, et bien vite les sentinelles sonnèrent le tocsin, ce qui fit sortir les soldats de la légitime torpeur qui suivait habituellement le déjeuner. On se précipita sur les créneaux à mesure que les informations arrivaient, qui déroutèrent même ceux qui avaient une certaine ancienneté au Beffroi.

- Des écarlates !

La rumeur s’amplifia, puis se confirma. La couleur honnie avait été rapidement identifiée. Et tous avaient eu vent de l’ultime bataille qui avait permis la reprise du royaume voisin de Gilneas : jamais avares d’une manœuvre surprenante, la Croisade s’était emparée de la capitale et avait tenté d’empêcher ses légitimes propriétaires d’y reprendre pied. Une courte et violente bataille avait suffi à les en rejeter. Et maintenant, une douzaine de ses soldats s’échouaient aux pieds du Beffroi du Nord…

- Asile ! Nous demandons asile !

Le cri était sorti de la gorge d’un homme dans la quarantaine, qui semblait guider la troupe. Une troupe qui n’avait rien de fringante : les uniformes déchirés et poussiéreux, les blessures et les regards hagards montraient tout ce qui restait de l’arrogance des croisés après leur (ultime ?) défaite. Hommes et femmes, combattants et civils, tous se pressaient les uns contre les autres, comme si leur frêle espoir de survie dépendait de leur capacité à rester ensemble. Seul leur chef gardait une certaine prestance, en dépit de la vilaine balafre qui lui déchirait le visage d’une oreille à l’autre.

- Ennemis en vue !

L’Ost Pourpre n’était pas seul à avoir repéré les écarlates. L’immonde faune des environs se montrait sensible au désespoir des survivants de la croisade : des goules de la pire espèce s’étaient réunies non loin de là, et approchaient avec gourmandise des réfugiés. Une décision devait être prise, et de façon urgente…

Avatar du membre
Solÿn
Chevalier
Messages : 145
Enregistré le : mar. 31 janv., 2012 3:18 pm

Re: Une affaire de choix

Message par Solÿn »

L'alerte avait été donnée rapidement depuis les remparts jusqu'aux lieux de vie du Beffroi, et l'infirmerie ne fut pas oubliée.

- Docteur, les écarlates sont à nos portes ! Tout le monde est appelé aux remparts ! s'écria le page qui venait d'en franchir la porte, le souffle court.

Solÿn sursauta sur sa chaise : des écarlates ? Ces gens-là avaient pire réputation que les altérans et ce n'était pas peu dire. Leur présence ne pouvait signifier que du trouble, aussi il emporta à la hâte son équipement de terrain avant de sortir à la suite du messager, parti délivrer l'information aux autres membres de l'Ost.

Les couloirs de la Garnison frémissaient de bruits, d'angoisse et d'excitation : voilà bien longtemps qu'il ne s'était pas présenté un peu d'action dans le coin. Bien sûr, quelques goules un peu aventureuses s'approchaient encore à intervalles réguliers des remparts avant d'être proprement éliminées par les sentinelles; une invasion d'écarlates par contre, voilà qui sortait de l'ordinaire !

Une fois sorti du bâtiment, le chevalier put mesurer à quel point l'oisiveté de la période présente avait émoussé la troupe -et son propre physique, il transpirait déjà après le court sprint qu'il avait piqué. Certains courraient comme des poulets sans tête, attendant les ordres d'officiers pas encore arrivés ou de chevaliers déjà débordés par la situation : encore une fois, l'absence d'un certain colosse redoutable pour organiser les hommes se faisait cruellement ressentir...
Avisant quelques soldats un peu perdus non loin de lui, Solÿn fit un détour pour les haranguer.

-Du nerf, mollassons ! Prenez vos arcs et rejoignez les autres sur les remparts avant que je ne vous colle de corvée de patates jusqu'à la Sanssaint ! vociféra-t-il dans ce qu'il voulait être une imitation du lieutenant Merath.

Les yeux écarquillés, ils contemplèrent un instant le visage furibond du chevalier avant de se mettre en ordre de bataille au pas de course. Les réflexes revenaient vite, au moins ! Le médecin les suivit jusqu'au chemin de ronde, bientôt rejoint par d'autres membres de l'Ost. Depuis les hauteurs, la situation à l'extérieur se faisait déjà plus claire : la troupe écarlate semblait fuir une quantité non négligeable de goules bien décidées à en faire leur repas.

Jetant un rapide coup d'oeil vers ses compagnons, Solÿn attendit de voir si un officier -ou à défaut, un chevalier du Corps Militaire- prenait les choses en main... tout en restant prêt à aboyer des ordres si cela s'avérait nécessaire.
"Excellente nouvelle, mes amis ! J'ai composé une chanson qui va détruire tous les tympans sur Azeroth ! "

Avatar du membre
Eleanore
Chevalier
Messages : 84
Enregistré le : mar. 23 sept., 2014 11:38 am

Re: Une affaire de choix

Message par Eleanore »

L'alerte avait été donnée alors qu'Eleanore était encore dans la bibliothèque, rangeant ses affaires de traduction. Elle entendit un brouhaha dans le couloir, inhabituel à cette heure, aussi laissa-t-elle ses parchemins et autres plumes pour rejoindre ses camarades et s'informer.

Les écarlates ! La croisade est à nos portes !

D'abord saisie, la magicienne se reprit vite. Elle attacha rapidement ses cheveux en chignon, fit apparaître son bâton et prit la direction des portes.
En chemin, elle orienta quelques pages (et un ou deux écuyers dont elle nota mentalement le nom), et arriva enfin aux pieds des remparts, qu'elle grimpa quatre à quatre. La quinquagénaire se portait encore bien, grâce aux entrainements.
Elle put alors prendre la mesure de la menace qui se présentait à eux. Enfin, si on pouvait appeler la misérable troupe qui se tenait penaude devant leur porte, une menace. Embrassant la scène du regard, et constatant qu'à part le médecin et elle, aucun chevalier ou officier n'était encore arrivé, elle prit sa décision et annonça d'une voix forte qui l'etonna elle même.

Sur les remparts, détruisez moi ces immondices, les goules, je précise ! Aux ordres de Serge de Malarme.

Elle inclina légèrement la tête en direction de l'alternant, puis se retournant, elle s'adressa aux soldats restés en bas.

En bas ! Formez une triple ligne de défense, arme au clair, prêt à combattre !

Enfin, tout en descendant les marches :

Ouvrez un battant à demi. Laissez entrer nos "invités". Si une goule essaie de suivre, vous savez quoi faire. S'ils sont trop long, fermez quand même. On respecte le protocole, quoi qu'il arrive.

Alors que les Ecarlates se précipitaient à l'intérieur, toute dignité oubliée, et avant même qu'ils aient pu s'arrêter d'eux même, la magicienne s'adressa à celui qui semblait les commander.

Halte. Déposez immédiatement vos armes, toutes vos armes.
Vous êtes maintenant dans l'enceinte de la garnison de l'Ost Pourpre. Si vous tentez une attaque, vous êtes mort. Si vous tentez de fuir, vous êtes morts.
Je suis Eleanore Hallen, chevalier de l'Ost Pourpre et diplomate de l'ordre. Soyez les bienvenus, pour l'instant.


Elle même surprise par son ton et son audace, elle n'en montra rien, tout en priant pour qu'un gradé la rejoigne vite.

Que peut-on faire pour vous ?

La question visait plus à gagner du temps qu'à vraiment proposer de l'aide à ceux qui avaient presque réduit en ruine sa ville de naissance.
Nous serons de glace face au feu de votre haine, ainsi nous noierons votre violence dans la passion de nos eaux.

Avatar du membre
Balthamus Finch
Chevalier
Messages : 317
Enregistré le : mar. 26 juin, 2018 9:57 am
Localisation : Dans votre dos à vous juger.

Re: Une affaire de choix

Message par Balthamus Finch »

Balthamus, fidèle à ses coutumes, était lui aussi à la bibliothèque, à l'étage, occupé qu'il était à prendre soin d'un nouvel ouvrage dont il avait fait la chère acquisition, un traité historique de la fin de l'Empire d'Arathor. Le bruit le surprit, manquant de lui faire perdre sa plume sur ses notes d'étude et de tacher son travail irrémédiablement. L’alerte était tout sauf ordinaire : ne disait-on pas que les soldats à la flamme rouge étaient en déroute, anéantis pour la plupart ? La chair pouvait bien périr, les idées survivaient toujours et aujourd'hui en était la preuve, tout comme il avait été le symbole de la survie de la liturgie du Sacrifice. Il ne suffisait que de quelques braises et d'un souffle de vent pour raviver les pires cauchemars. Il avait connu ces gens, autrefois, quand leurs exactions étaient accomplies au nom d'une Lumière désemparée devant les horreurs du Fléau. Il avait un jour suivi les souvenirs des Commandeurs et ses serments, même en étant le dernier, jusqu'aux avant-postes de la Croisade à Tirisfal, seul, armé seulement d'Alestrian. Ce qu'il avait vu, et ce qu'il n'avait jamais pu retrouver, l'avait convaincu pour ne jamais tourner son âme à la Lumière. Et voilà qu'aujourd'hui il empruntait sa voie ... Une ironie qui lui laissait un goût amer.

Pas de temps pour pondérer plus ou faire la sourde oreille. En contrebas, le chevalier Hallen avait déjà laissé son travail de traduction ancienne en plan ; il tâcha de lui emboîter le pas, mais ne fut véritablement capable de la rattraper qu'une fois aux remparts pour constater à quel point la situation avait les contours et les épines d'un authentique dilemme.

Une troupe dépenaillée, miteuse et éraflée, un vieux reliquat usé de conceptions étroites et passéistes qui essayait de fuir l'avenir. Un avenir de dents pourries et de chairs putréfiées, en l'espèce, une maraude de goules sauvages venues certainement de Corin. Il resta figé, Alestrian ne manifestant pas sa compulsion pour une fois : fallait-il faire acte de justice ou laisser le destin choisir ? Solÿn également s'y trouvait et le chevalier Finch le salua d'un signe de tête, tandis que la troupe en bas était apprêtée plus ou moins selon les standards de l'engagement armé. Par chance pour lui, Eleanore décida pour lui, choisissant l'acte de justice méritoire : il descendit le chemin de ronde en passant son masque de fer sur son visage pour appuyer la magicienne, redressant sa stature et dégainant la Lame de la Seconde-Nuit, sa pointe luminescente flairant le sol. Un sentiment de dédaigneuse pitié lui secoua l'échine tandis qu'il s'assurait visuellement que les pages et écuyers débarrassent les plus récalcitrants de leurs instruments tranchants et contondants.

Pas un mot ne quitta ses lèvres, seulement des prières adressées en esprit à Antaran et à la Destinée de leur accorder de savoir quoi faire de ces encombrants "invités".
"Un soir et quelques heures encore, à tirer sur l'exil,
Filer la beauté disparue, qui ne tient qu’à un fil,
Le dernier soir, la Dernière Nuit, pour savoir qu'elle existe,
Et donner à l'Ange déchu le goût du Sacrifice."


Balthamus Harold Finch, Chevalier de l'Ost Pourpre, Champion du Passeur-de-Royaumes - Dévotion.
Corwin, Ombre de Flinson Steelwood - Perfection.

Avatar du membre
La Vigie
Narrateur
Messages : 97
Enregistré le : mar. 02 oct., 2007 7:54 pm

Re: Une affaire de choix

Message par La Vigie »

Quand les portes s'ouvrirent, les écarlates restèrent un instant interdits. Sans doute avaient-ils peu misé sur la miséricorde des propriétaires des lieux, et se demandaient-ils désormais par quelle chance on la leur offrait.

La voix de leur commandant se chargea de les ramener à la réalité du moment.

Avancez, par tout ce qui est sacré, avancez !

Habitués à obéir par des années offertes à la cause, ceux qui étaient encore au fond d'eux des soldats se précipitèrent en ordre par les portes entrebâillées, tâchant de se soutenir les uns les autres là où d'autres se seraient marchés dessus dans un moment pareil.

Quelques instants plus tard, les portes se refermaient, et ceux qui venaient d'être sauvés se trouvaient devant ce qu'ils supposaient être plusieurs sommités de l'Ost, dont une magicienne qui leur parut des plus impérieuses.
Halte. Déposez immédiatement vos armes, toutes vos armes.
Vous êtes maintenant dans l'enceinte de la garnison de l'Ost Pourpre. Si vous tentez une attaque, vous êtes mort. Si vous tentez de fuir, vous êtes morts.
Je suis Eleanore Hallen, chevalier de l'Ost Pourpre et diplomate de l'ordre. Soyez les bienvenus, pour l'instant.

Que peut-on faire pour vous ?
Nul ne réagit, dans l'attente d'une décision de leur commandant. Celle-ci ne tarda pas. L'homme entre deux âges se dressa au-dessus des autres, dont beaucoup menaçaient de s'écrouler après une fuite qui avait dû être longue, et regarda son interlocutrice avec un mélange de fierté et d'humilité.

Dame, vous avez devant vous ce qui reste de mon bataillon, qui a été surpris alors qu'il gardait les portes de Gilneas. Nous avons fuit pendant plusieurs jours, harassés par les réprouvés puis par ce qu'il reste du Fléau. Sur mon honneur, moi Petr Fermevent, vous assure qu'aucun d'entre nous ne tentera quoi que ce soit d'hostile tant que nous serons vos hôtes.

Et, joignant le geste à la parole, il jeta son arme poussiéreuse au sol, suivi en cela par ses compagnons.

Nous ne demandons que le gîte et le couvert, pour le moment.

Avatar du membre
Mikort
Chevalier
Messages : 99
Enregistré le : sam. 22 août, 2020 7:36 pm

Re: Une affaire de choix

Message par Mikort »

Mikort était assis dans la bibliothèque, tuant le temps en compagnie d'un compendium de l'histoire des arts picturaux de l'empire d'Arathor, lorsque l'alerte sonna. Il entendit à plusieurs reprises les mots "croisés" et "écarlate", prononcés depuis les couloirs par des pages et écuyers agités, ce qui fut largement suffisant pour qu'il puisse se faire une vague idée de ce qui se présentait aux portes. Alors qu'il se leva, le nouvellement promu chevalier dut faire face à un terrible dilemme. Prendre le temps de ranger le livre, mais arriver trop tard aux portes, ou alors poser l'ouvrage à la va-vite et se dépêcher de rejoindre les défenses, quitte à risquer la colère du chevalier Balthamus ? Mikort dut rapidement décider de ce qui était le plus dangereux pour sa vie. Une attaque de la Croisade Écarlate, ou le courroux de Balthamus ? Il prit alors la plus difficile décision de sa vie. Il ferait face à la fureur de son confrère, même si cela devait lui coûter la vie.

En sortant du bâtiment, il vit les croisés entrer dans l'enceinte du bastion et de l'agitation sur les remparts. Constatant que les "invités" se trouvaient déjà sous la surveillance de ses camarades, il décida d'aller sur les remparts pour y aider les tireurs. Il monta rapidement les marches, se saisit d'un arc et de quelques flèches et comprit sans difficulté quelles étaient les cibles. Bien qu'il n'eut jamais excellé au tir à l'arc, son expérience de l'armée fit qu'il se débrouillait plutôt bien à l'exercice, suffisamment pour qu'une bonne partie de ses projectiles fasse mouche, mais sans plus.
Modifié en dernier par Mikort le lun. 05 févr., 2024 2:11 pm, modifié 1 fois.
Un bon réprouvé est un réprouvé mort. Pour de vrai je veux dire.

Avatar du membre
Alexos Duceus
Écuyer
Messages : 34
Enregistré le : lun. 10 mai, 2021 4:37 pm

Re: Une affaire de choix

Message par Alexos Duceus »

«Des écarlates !»

Le sorcier avait couru avec les autres.
La tête vide, le cœur vide : une étrange anxiété qui lui nouait la gorge. Il avait monté les marches deux par deux, l’étendard de poussière dans le ciel descendant jusqu’à la troupe.

Du rouge.

Du rouge poussiéreux, taché d’un écarlate plus sombre, brun là où il avait déjà séché. Du sang dans les Maleterres, et les goules attirées comme des mouches par le miel qui les pourchassaient déjà. Quelques cris, suspendus dans l’air, dont il n’entendait pas les mots.

Du haut des remparts, il regardait la troupe, regardait leur chef demander asile. Autour de lui, le bruit de cordes qui se tendaient, des flèches décochées. Pas un regard pour les archers, pas un regard pour les morts-vivants. Pas un mot, non plus, tandis que la porte s’ouvre, que la troupe hagarde s’avance.

Du haut des remparts, sous les exigences d’Éléanore, il voyait les écarlates présenter patte blanche, jurer leurs bonnes intentions, abandonner leurs armes.

Voilà les ennemis de son peuple.

La porte s'était refermée.

Ignorant ses camarades qui affluaient, Alexos était descendu du rempart sur un rythme bien plus lent; il avait croisé la troupe, leur chef en discussion avec les officiers, et n’avait plus eu un seul coup d'œil à leur dispenser.

Il était affaire de pitié, il le savait bien, de celle que l’on dispense aux ennemis déjà vaincus, aux opposants à terre, aux adversaires en reddition. À qui donner cette pitié, sinon à ses ennemis ? Ça ne l’aidait pas à se sentir mieux à la vue de la flamme écarlate.

Un pas mécanique, machinal, l’avait guidé jusqu’aux cuisines. Il avait quelques repas à préparer.

Avatar du membre
Daïne
Écuyer
Messages : 107
Enregistré le : mer. 27 déc., 2017 6:32 pm

Re: Une affaire de choix

Message par Daïne »

Laerion se tenait les deux genoux à terre, le front contre la pierre froide du sol, pieux.
Dans le calme de la cathédrale, psalmodiant en silence en faisant tourner dans sa main son chapelet de pierre pour chaque prière incantée, le temps semblait s'arreter et la sérénité faire taire le fracas ambiant.

Il avait oublié depuis combien de temps il se trouvait ici, dans cette position... Un chapelet ? Deux chapelets ? Plus ?

Son répit cessa, troublé par l'agitation exterieur.
Le vieil homme se leva lourdement, s'épousseta les genoux, remit sa tunique blanche en place et quitta son refuge sacré, avançant l'esprit tranquille vers la source de l'effervessence

Sa quiétude prit définitivement fin lorsqu'il se retrouva nez-à-nez avec une troupe d'écarlate entrée dans le Beffroi ... invitée à entrer dans le Beffroi.

Une crispation saisit son corps, sa main gauche, naturellement posée sur le pommeau de sa batarde, en serra fermement la garde.
Inconsciemment, il associa ce qu'il voyait à son épée ... "Impitoyable".
... A l'heure de rendre la justice, la pitié n'a pas sa place ...

Il dévisagea chaque homme de la troupe écarlate, se demandant pour chacun d'eux quelles atrocités il avait perpétué.
Combien de maison brulée ?
Combien d'hommes et de femmes innocents égorgés ?
Combien d'enfants tués ?

Une expression de dégout marqua un instant son visage ... La justice devra être rendue.

Puis se détournant il chercha du regard le chevalier qu'il connaissait le mieux ici.
Arrivant à sa hauteur, il s'adressa à lui après un rapide salut respectueux.
_ Ser Finch. Que se passe-t-il ?
Laerion de Timerius - "je fais ce que je dois."
[†]Daïne Bouclier-de-Fer - "Je ne veux pas prier d'être protégé des dangers, mais de pouvoir les affronter."

Avatar du membre
La Vigie
Narrateur
Messages : 97
Enregistré le : mar. 02 oct., 2007 7:54 pm

Re: Une affaire de choix

Message par La Vigie »

Ils étaient onze.

Trois femmes et huit hommes. Soit très jeunes, soit plutôt âgés. Seul leur commandant semblait réellement en âge de se battre. Un résumé de l'état de la Croisade Ecarlate, obligée de faire donner les jeunes et les vieux pour survivre quelques jours de plus.

Leur chef leur accorda de s'asseoir, et ils ne s'en privèrent pas. Depuis combien de temps marchaient-ils - ou couraient-ils ? Le commandant Fermevent, de son côté, resta debout, mains croisées dans le dos. Sans doute le seul militaire de carrière, il se tenait devant les siens, comme un bouclier les protégeant. Son menton dressé montrait combien il tenait à conserver le peu de dignité qui restait aux siens.

Je vous remercie. Des paroles simples, mais exprimées avec sincérité. Je me doute que nous ne sommes pas forcément les bienvenus, mais, pour être honnête, nous n'avions pas d'autre choix, ni d'asile nous attendant ailleurs. A l'heure où je vous parle, et en l'état de mes connaissances, la Croisade n'existe plus après son ultime baroud de Gilneas. J'ai permis à ma troupe de franchir de nuit les lignes ennemies, et de traverser les Maleterres. Certains sont restés à l'arrière pour permettre... pour nous permettre de réussir. Ce ne sont plus des soldats que vous avez sous les yeux, mais des réfugiés. Si les lois de la guerre ont encore cours en ce triste monde, vous saurez comment agir.

Les propos de Fermevent semblaient lui coûter, et une forme d'abattement se fit jour chez le commandant écarlate après les avoir prononcés.

Sur les remparts, les sentinelles repoussèrent facilement les premières goules qui approchaient. Le gros de leur masse était encore éloignée, mais elle semblait déjà hésitante, comme si elle refluait : manifestement, il se passait quelque chose à l'arrière.

Avatar du membre
Balthamus Finch
Chevalier
Messages : 317
Enregistré le : mar. 26 juin, 2018 9:57 am
Localisation : Dans votre dos à vous juger.

Re: Une affaire de choix

Message par Balthamus Finch »

L'arrivée de Laerion le tira de ses religieuseries silencieuses, tournant ostensiblement son heaume vers le paladin. D'une voix rendue métallique, il répondit, sur un ton pratiquement égal, si ce n'étaient ses inflexions alteranes :

- Page de Timerius. De la visite, en l'espèce ces ... réfugiés de la Croisade Ecarlate venus quêter un abri après une défaite de plus. Une horde de goules sauvages les talonnaient, le chevalier Hallen leur a accordé le bénéfice du doute.

Un regard accordé ensuite à la troupe dépenaillée, lourd de sens et d'un jugement aussi tranchant que son épée. "Ces gens-là" avaient accepté de bonne grâce de se débarrasser de leurs armes physiques ; il leur restait encore leur parole, chose que le commandant local avait en tête. Des mots simplement exprimés, recelant pourtant le piège de la pitié à ses yeux. Il n'y avait pas de fatalité et doutait très sincèrement de la fin de la Croisade ici et maintenant, représentée uniquement par ce soldat vaincu d'une guerre éternelle. Pour autant, il ne prit pas son épée pour acter justice et reprit plutôt pour Laerion.

- Il nous faudra organiser des rondes et de la surveillance. Je vais prévenir le chevalier Hallen.

Et ce pas - claudiquant -, il rallia le côté d'Eleanore, attirant son attention d'un toussotement résonnant pour quelques mots prononcés le moins fort possible pour ne pas être entendus de Fermevent.

- Chevalier Hallen, si nous leur accordons le gîte et le couvert, je refuse qu'ils soient abrités dans la Garnison. Des toiles de tente leur suffiront amplement et l'écuyer Duceus est déjà bien aimable de s'être rendu aux cuisines, de ce que j'ai deviné. Mènerez-vous l'interrogatoire ?
"Un soir et quelques heures encore, à tirer sur l'exil,
Filer la beauté disparue, qui ne tient qu’à un fil,
Le dernier soir, la Dernière Nuit, pour savoir qu'elle existe,
Et donner à l'Ange déchu le goût du Sacrifice."


Balthamus Harold Finch, Chevalier de l'Ost Pourpre, Champion du Passeur-de-Royaumes - Dévotion.
Corwin, Ombre de Flinson Steelwood - Perfection.

Avatar du membre
Eleanore
Chevalier
Messages : 84
Enregistré le : mar. 23 sept., 2014 11:38 am

Re: Une affaire de choix

Message par Eleanore »

La vue de ces douze - peut-on dire soldats ? - dépenaillés et assis au sol tant leur fatigue était extrême aurait pu toucher Eleanore. Mais elle avait vu les ravages causés par leur ordre et ne pourrait jamais les oublier. Tout ce qu'elle ressentait à ce moment, était une sorte de dégout mêlé d'une pointe de satisfaction - certes un peu honteuse - de voir dans quel état ils se trouvaient à présent.

Elle hésitait depuis quelques seconde à peine sur la conduite à tenir quand le Chevalier Finch l'aborda et toussota pour attirer son attention.

Chevalier Hallen, si nous leur accordons le gîte et le couvert, je refuse qu'ils soient abrités dans la Garnison. Des toiles de tente leur suffiront amplement et l'écuyer Duceus est déjà bien aimable de s'être rendu aux cuisines, de ce que j'ai deviné. Mènerez-vous l'interrogatoire ?

L'interrogatoire ? Bon sang, elle n'y avait pas pensé...

Je ne l'entendais pas autrement, rassurez vous. Ils ne mettront pas un pied à l'intérieur des bâtiments, à moins que nos supérieurs n'en donnent l'ordre.
Et encore... pensa-t-elle par devers elle.

Elle se tourna à moitié vers les réfugiés et murmura à nouveau à son confrère.

Effectivement, il faudra mener un interrogatoire, vous avez raison. Étant le seul représentant sur place du corps diplomatique en attendant le retour du Lieutenant Durandill de son voyage, je pense que je vais devoir le conduire.

Comment ça se passe dehors ?


Elle leva les yeux vers les remparts, espérant y voir ses camarades baisser leurs armes en signe d'une victoire rapide sur les goules.
Nous serons de glace face au feu de votre haine, ainsi nous noierons votre violence dans la passion de nos eaux.

Avatar du membre
Solÿn
Chevalier
Messages : 145
Enregistré le : mar. 31 janv., 2012 3:18 pm

Re: Une affaire de choix

Message par Solÿn »

Heureusement pour les défenseurs du rempart, le flot de goules ne fut pas plus efficace que tous les précédents venus s'échouer au pied des murailles de pierre; difficile de les faire tomber à coups de griffes. La corde de l'arc vibra tandis que le médecin décocha un tir en cloche vers un des assaillants trépassés, mais celle-ci se ficha à un bon mètre de sa cible, entraînant un juron de la part du tireur.

Sainte Mamie de la Lumière, quelle galère de viser avec un seul oeil !

Le tir n'avait jamais été sa spécialité -même avant sa blessure handicapante- et la présence à ses côtés de Mikort (également borgne) qui alignait régulièrement une cible de ses traits n'améliorait guère son humeur déjà massacrante. Délaissant son arme dans les mains d'un page venu en renfort, Solÿn se retourna vers la petite troupe de réfugiés en contrebas, une vision qui n'allait pas l'adoucir. Certes, Dame Hallen faisait partie du Corps Diplomatique, mais sa décision hâtive d'accueillir les écarlates dans l'enceinte du Beffroi ne rencontrerait que peu de partisans parmi ses habitants -et sans doute encore moins au-delà des frontières des Maleterres si l'affaire s'ébruitait.

Après s'être assuré que les défenses tenaient le choc, il descendit rapidement la volée de marches qui le séparait du plancher des vaches, grinçant une dernière fois des dents avant de reprendre contenance et d'approcher des membres de l'Ost qui surveillaient les réfugiés d'un oeil torve.

Comment ça se passe dehors ?

L'altéran haussa les épaules dans un geste qu'il voulait plein de décontraction.

Comme les dix dernières attaques du genre : une fois les remparts atteints, ces choses sans cervelle aucune se rendent compte qu'elles manquent d'allonge pour nous toucher, que la pierre est trop lisse pour pouvoir grimper et trop dense pour espérer l'entailler... le ménage devrait être fait d'ici quelques minutes par nos archers.

Il tourna son unique oeil couleur noisette vers les écarlates, les sourcils légèrement froncés.

Et ici ? Nos "invités" sont-ils coopératifs et conscients de leur situation précaire ? Ou faudra-t-il user du bâton pour les mâter ?

Son regard se perdit un instant parmi les rangs des fuyards, une pauvre bande dépenaillée, harassée par la fatigue et l'effroi : Oh qu'il ne connaissait que trop bien leur situation ! La tristesse d'avoir abandonné leurs foyers et d'être partis à la hâte avec seulement le strict nécessaire dans le baluchon; la peur au ventre de ceux qui fuient une mort certaine, pourchassés par les hordes de mort-vivants assoiffés de chair; enfin, l'incertitude complète de leur avenir, partagés entre l'espoir d'avoir été sauvés pour de bon et la peur de devoir reprendre leur fuite en avant...
Cela avait été sa propre histoire, plus de vingt ans auparavant. Et cela avait laissé des traces pendant longtemps...

Cela me peine de le reconnaître, mais vous avez probablement pris la bonne décision Eleanore. Il aurait été bien cruel de laisser un tel équipage finir dans l'estomac des goules. Espérons toutefois que cette mansuétude ne revienne pas nous hanter à l'avenir.
"Excellente nouvelle, mes amis ! J'ai composé une chanson qui va détruire tous les tympans sur Azeroth ! "

Répondre